Examens (Shiken)

Shikken_2Bien que ne mettant nullement l'accent sur l’obtention et la recherche des grades, la FEI estime que l'expérience d'un examen peut être bénéfique au shugyosha. En effet, cette expérience lui permettra de prendre la mesure de ses réelles capacités au sabre et de sa sérénité émotionnelle dans des conditions particulières de stress auxquelles il s’est, consciemment ou inconsciemment, soumis. C’est, en tout état de cause, la seule situation actuellement proposée au pratiquant de vivre un combat – contre lui-même – sur un champ de bataille virtuel et d’expérimenter le "travail sur soi".

Au-delà de cet aspect psychologique indéniable, le grade FEI se définit comme: une présentation des connaissances du sabre japonais et de son maniement, soutenue par un exposé technique et culturel. Fidèles à la didactique proposée par la FEI, les examens porteront sur les 4 aspects de la pratique, savoir:

  • tandoku renshu: Tout examen commencera et finira par le reishiki. Le candidat devra présenter la ou les séries de kata correspondant au grade postulé.
  • sotaï renshu: Un travail au bokken face à un – ou plusieurs – adversaires sera demandé, consistant à répondre à une ou différentes attaques déterminées par le jury.
  • tameshigiri (pour yondan seulement): Le candidat au yondan sera également examiné sur sa capacité « réelle » de couper avec un sabre.
  • nippon-to: Selon le grade postulé, le candidat sera examiné sur ses connaissances en nippon-to tel que définies au point 1.4 ci-dessus.

3.1 Programme des examensShikken

3.1.1 Programme pour l’obtention du grade de premier kyu (ikkyu)

Bien que la FEI considère que ce grade devrait être délivré par l’enseignant du candidat dans le cadre de son club, la FEI accepte d’examiner des candidats n’étant pas officiellement affiliés à un club, c’est-à-dire ne pratiquant pas sous la direction d’un enseignant FEI.

De même, un enseignant FEI pourra, s’il le souhaite, permettre à un de ses élèves de présenter ce grade devant les représentants de la Commission technique.

En tout état de cause, le candidat devra justifier d’un minimum de 2 années de pratique, sauf dérogation spéciale du jury.

Le programme pour l’obtention de ce grade sera identique à celui du 1er dan.

3.1.2 Programme pour l’obtention du grade de premier dan (shodan)

Le candidat devra justifier d’un minimum de 3 années de pratique, sauf dérogation spéciale du jury.

  • Reishiki
  • La série shoden complète, dans l’ordre des kata (junjo).
  • Kenjutsu : diverses réponses (environ une dizaine de différentes techniques seront attendues par le jury) à une même attaque shomen .
  • Épreuve théorique: contrôle des connaissances théoriques de base comprenant:

     

    • nomenclature du sabre
    • historique de l'école de référence de la FEI

3.1.3 Programme pour l’obtention du grade de deuxième dan (nidan)

Le candidat devra justifier d’un minimum de 2 années de pratique depuis l’obtention du grade de shodan , sauf dérogation spéciale du jury.

  • Reishiki
  • La série shoden complète, dans l’ordre des kata ( junjo ).
  • La série chuden complète, dans l’ordre des kata ( junjo ).
  • Kenjutsu : une connaissance de techniques répondant à une même attaque shomen, comme le shodan, mais considérablement plus maîtrisée.
  • Épreuve théorique: contrôle des connaissances théoriques comprenant:

     

    • nomenclature du sabre
    • historique de l’école de référence de la FEI
    • connaissance de base du nippon-to: les caractéristiques fondamentales observables dans une lame.

3.1.4 Programme pour l’obtention du grade de troisième dan (sandan)

Le candidat devra justifier d’un minimum de 2 années de pratique depuis l’obtention du grade de nidan, sauf dérogation spéciale du jury.

  • Reishiki
  • La série shoden complète, dans l’ordre des kata (junjo)
  • La série chuden complète, dans l’ordre des kata (junjo)
  • La série okuden (suwari) complète, dans l’ordre des kata (junjo)
  • Kenjutsu : diverses réponses à des attaques choisies par le jury
  • ​Épreuve théorique: contrôle des connaissances théoriques comprenant:

     

    • nippon-to
    • ​fabrication du sabre japonais

3.1.5 Programme pour l’obtention du grade de quatrième dan (yondan)

Le candidat devra justifier d’un minimum de 3 années de pratique depuis l’obtention du grade de sandan , sauf dérogation spéciale du jury.

  • Reishiki
  • ​La série shoden complète, dans l’ordre des kata (junjo).
  • La série chuden complète, dans l’ordre des kata (junjo).
  • La série okuden ( suwari ), complète dans l’ordre des kata (junjo).
  • La série okuden ( tachi ), complète dans l’ordre des kata (junjo).
  • Kenjutsu : diverses réponses à des attaques choisies par le jury et, éventuellement, taninzugake.
  • Tameshigiri: le candidat devra démontrer sa capacité réelle de coupe sur une ou plusieurs cibles constituées de nattes de paille.
  • Épreuve théorique: contrôle des connaissances théoriques comprenant:

     

    • nippon-to,
    • les bases de la fabrication du sabre japonais et de la forge en général,
    • les classifications martiales japonaises et les pratiques actuelles de l’IAI.

3.2 Le jury

Le jury sera composé:

3.2.1 Pour les grades de 1e et 2e dan:

d’un minimum de 2 chuden (souhaitable mais pas obligatoire), éventuellement assistés de 2 shoden présents à la session d’examen.

3.2.2 Pour le grade de 3e dan

d’un minimum de 1 kuden , assisté de 2 chuden présents à la session d’examen.

3.2.3 Pour le grade de 4e dan

d’un minimum de 2 kuden , assistés de 2 chuden présents à la session d’examen.