Certificat d’aptitude à l’enseignement

Conformément aux souhaits exprimés par les fondateurs lors de la création de l’association en 1979, la FEI ne délivre pas – et ne délivrera pas – de grades techniques au-delà du 4e DAN . En effet, de leur point de vue, ce grade sanctionne la fin de l’apprentissage technique du curriculum de la FEI et de la discipline elle-même. Ceci ne signifie pas pour autant que le pratiquant n’a plus rien à apprendre, mais que la recherche à laquelle il devra se consacrer se situera désormais au-delà de la technique et, principalement, au niveau de sa transmission.

Le Collège technique a donc décidé d’instituer un certificat d’aptitude à l’enseignement qui confèrera à son détenteur une reconnaissance de sa capacité à transmettre correctement le curriculum technique de la FEI, mais également l’esprit avec lequel il lui a été transmis au sein de celle-ci. Ces futurs enseignants seront donc choisis sur la base de leurs compétences techniques, leur attitude générale dans le groupe et leurs qualités pédagogiques.

Il semble cependant important de définir une hiérarchie dans cette reconnaissance, fonction des compétences du récipiendaire par rapport à son propre niveau technique.

Cette hiérarchie a été définie de la façon suivante :

SHODEN (équivalence technique 3° – 4° DAN )

Les récipiendaires devront être titulaires du grade minimum de 3° DAN .

Ils seront recommandés par les chuden et nommés par le Collège technique pour une durée de 2 ans renouvelable.

Responsabilités : Voir ci-dessous

CHUDEN (équivalence technique 4° – 5° DAN )

Les récipiendaires devront être titulaires du grade de 4° DAN .

Ils seront recommandés par les kuden et nommés par le Collège technique pour une durée de 4 ans renouvelable.

Responsabilités : Voir ci-dessous

KUDEN (équivalence technique 5° – 6° DAN )

Les récipiendaires devront être titulaires du grade de 4° DAN .

Ils seront recommandés par les kuden mêmes et nommés par le Collège technique pour une durée illimitée, ou tout du moins tant qu’ils resteront membres de la FEI.

Responsabilités : Voir ci-dessous

Ce qui est attendu d’un enseignant officiel de la FEI

a) Qu’il/elle ait une compétence technique au-dessus de la moyenne.
b) Qu’il/elle ait des élèves et une expérience d’enseignement au sein d’un groupe.
c) Qu’il/elle pratique régulièrement le IAI et le ken , et souhaitablement un autre budo .
d) Qu’il/elle participe régulièrement à divers stages, et principalement aux stages de cadres.
e) Qu’il/elle ait une connaissance approfondie de la culture du sabre japonais, de son histoire, de sa nomenclature, ainsi que de l’art de la forge.
f) Qu’il/elle ait suffisamment de disponibilité pour rayonner dans sa propre région.
g) Qu’il/elle ait une certaine facilité de communication (esprit ouvert, langues étrangères, etc.)
h) Qu’il/elle soit un exemple pour les pratiquants, dans son maintien, son langage et ses qualités humaines.

Les conditions d’obtention de ces certificats d’aptitude à l’enseignement pourront éventuellement être assujetties à une épreuve pédagogique au cours d’un stage.

Procédure d’obtention d’un certificat d’enseignement

Les kuden et chuden qui désirent délivrer un certificat d’enseignement (kuden ou chuden pour les premiers, shoden pour les seconds) devront en référer par écrit (courrier, courriel) au Secrétaire du Collège technique en motivant la demande.

Ce dernier se chargera ensuite de contacter par écrit (courrier, courriel) les kuden ou les chuden , suivant le niveau du certificat requis, pour approbation. La décision sera prise à une majorité égale ou supérieure à 80 % des enseignants concernés, étant précisé que les votes contraires devront nécessairement être motivés.

En cas d’obtention de la majorité requise, le kuden ou le chuden à l’origine de la demande devra ensuite approcher le candidat pressenti et lui demander son accord en lui exposant clairement les conditions requises pour sa nomination.

Les certificats d’aptitude seront imprimés par la FEI et signés par le titulaire du certificat, le Président de la FEI et le Secrétaire du Collège technique. Ils seront, bien entendu, nominatifs.

Il appartiendra au Secrétaire du Collège technique de prévoir et gérer les renouvellements des certificats.

Le présent Règlement technique modifié a été adopté en Assemblée Générale le 2 décembre 2006 à Genève (Suisse) sous la présidence de Dominique PIERRE. Les modalités de sa mise en application sont confiées au nouveau Collège technique, en collaboration avec le Secrétariat général.